Le produit dérivé culturel dans l’ensemble de la distribution

L’exemple du vin

Certains pourraient penser que comparer les produits dérivés culturels de musées ou autre avec le marché du vin pourrait paraitre audacieux voir déplacé. Et pourtant le vin est produit de nos terroirs, témoins de leurs identités, expression des régions françaises. Un produit noble qui véhicule leur image. Qui doit démontrer sa qualité intrinsèque mais aussi se justifier et se valoriser par son conditionnement et son étiquetage. Si l’on y ajoute un partage de savoir vivre et une transmission d’image et de plaisir autour de son entourage. Autant de qualités qu’un bon produit dérivé culturel peut revendiquer.

De la distribution sélective à la grande distribution, le vin est partout. Qui le penserait moins noble qu’un T. shirt ou un mug ?

Rayon vin en hypermarché

Distribution sélective et grande distribution : le vin produit patrimonial et présent partout.

La Bordeauxthèque des Galeries Lafayette

Les produits dérivés culturels comme le vin

Dès lors que cette comparaison est acceptée comme une évidence, observer la distribution du vin aujourd hui nous apparait d’un enseignement fort pour deviner ce que devrait être l’ouverture des produits dérivés culturels à l’ensemble de la distribution, car le vin ne néglige aucun circuit. Tant en distribution sélective : vente à la propriété, grands magasins comme la Fayette Gourmet ou chaines spécialisées sélectives tel Nicolas qu’en distribution grand public : hypers et supers marchés, ainsi que les commerces de proximités et marchés et foires.

Même la vente à distance ou le vin est pourtant handicapé par de forts couts logistiques mailings, catalogues, sites internet progresse sur ce marché

Déjà le Metropolitan museum…

Pas facile d’affronter certains blocages français dans ce domaine. Pourtant un exemple nous a toujours frappé depuis de nombreuses années : le Metropolitan Museum a conçu une collection de serviettes papier (vaisselle éphémère) à l’image des œuvres du Musée et n’a pas hésité à la faire distribuer par Walmart, premier grand distributeur mondial. Un produit qui s’adapte aux linéaires, un packaging simple et noble. Rien donc de choquant de voir ce produit dans la grande distribution, circuit qui, de très loin, a les parts de marché les plus fortes dans le secteur de la vaisselle éphémère.

Des produits dérivés culturels s’adaptant aux lois de chaque circuit de distribution.

Une fois ce tabou levé, il n’est pas question de jeter n’importe quel produit n’importe comment, n’importe où dans la distribution. Pour chaque circuit, marketing et merchandising doivent être adaptés. Positionnement, gamme de prix, packaging, merchandising.

Tous les acteurs doivent s’adapter aux lois de ce marché, en respecter les règles, et surtout respecter le produit et l’image qu’il véhicule.

Grande surface : art de la table

Magasin spécialisé ou grande surface : Art de la table et librairie papeterie sont des rayons pouvant accueillir les produits dérivées culturels.

Magasin spécialisé : papeterie

Un intérêt partagé.

L’ensemble de la distribution a tout intérêt à jouer le jeu des produits dérivés culturels : fierté d’appartenance, innovation séduction du touriste ou visiteur occasionnel. La distribution est en permanence à la recherche d’évènements. Les produits dérivés culturels en sont des pourvoyeurs forts en image.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

2016 France Héritage - CGU - Réalisation Jonathan Pradere