Le 21ème siècle sera culturel

Jean Pierre Blanchard a consacré sa carrière à la distribution : Galeries Lafayette puis Metro. Entré chez 3 Suisses France comme directeur des achats il prit d’autres responsabilités au cours d’années très fastes pour le groupe 3 Suisses International dont il fut vice-président.

Alors directeur des achats, il initia et mis en œuvre les programmes de créateurs de mode dans les catalogues à travers une politique de licences.

Sa réflexion témoigne aujourd’hui de son expérience et de sa vision de la distribution, du rôle essentiel que peuvent jouer la culture et les produits du patrimoine dans la nouvelle consommation.

Vitraux de l'Abbaye de Conques par Pierre Soulages

Fabricants et distributeurs : les licences culturelles, un territoire à la fois infini et inexploré.

Plus nos contemporains deviennent matériels, pragmatiques, hyper informés, reliés à la terre entière par l’ensemble des médias et plus ils ont besoin de rêve, de racines, de dialogues et recherches : sur leur histoire, leur région, leur village.

La mémoire et l’identité se portent bien. C’est un fait. Il n’est pas dans notre propos d’y voir ou pas un médicament contre les angoisses de la mondialisation, du changement ou de la précarité. Il nous paraît par contre important de vous dire que notre conviction est que la distribution se doit d’en faire un des moteurs de la consommation, grâce à une stratégie de marque avec les licences culturelles

Au cours des 30 dernières années, la distribution, avec la montée en force des marques, a accompagnée, par les marques propres, la ‘’débanalisation’’ du produit. Le marketing a fait des prodiges pour donner à ceux-ci des valeurs et des images auxquelles, au-delà de la satisfaction de son besoin, puisse adhérer le consommateur. Chez les grands cataloguistes VPC nous avons vécu dans les années 80-90 l’expansion impressionnante du chiffre d’affaires, accompagné du rajeunissement du fichier et de l’image des entreprises, provoquée par l’arrivée des créateurs (une marque propre cosignée) dans la mode ou dans la maison. Cela a déverrouillé ensuite le référencement à toutes les grandes marques.

Nous croyons que c’est désormais un stade qui reste nécessaire mais qu’il faut dépasser.

La soif de mémoire, d’identité et la réappropriation du patrimoine, ouvre la porte à une nouvelle génération de marques porteuses de nouvelles valeurs : celles de la culture.

De même que la VPC a su, en les éditant à des dizaines de milliers d’exemplaires, faire descendre dans la rue les créateurs de mode, de même, demain la distribution peut faire descendre dans la rue la culture et le patrimoine.

Les distributeurs, comme les fabricants qui sauront intégrer à leur produits la légitimité que donne des institutions nationales, régionales ou locales donneront au consommateur, au-delà des satisfactions du produit des joies qui rendent fidèles.

Jean pierre Blanchard

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

2016 France Héritage - CGU - Réalisation Jonathan Pradere